Alimentation : DEVRAIT-ON SE PRIVER D’AMOUR OU DE CHOCOLAT ?

Le 14 février de chaque année, nous célébrons la Saint-Valentin. C’est le moment par tradition, que beaucoup d’hommes et de femmes choisissent comme c’est souvent le cas pour les fêtes pascales et les fêtes de fins d’années, pour offrir du chocolat à leurs bien-aimés. Certains l’apprécient pour sa couleur (Chocolat noir ou blanc), d’autres pour sa forme (en tablette ou en barre), et d’autres encore pour ses goûts divers et variés.

Nous en avons déjà tous consommé au moins une fois. Mais connaissons-nous vraiment cet aliment ?

Dans cet article nous parlerons essentiellement de CHOCOLAT : sa découverte, sa composition, les bienfaits des nutriments qu’il contient, et sa place dans l’équilibre alimentaire. En guise de complément une recette bonus.

LE CHOCOLAT : UN ALIMENT HISTORIQUE

Neuf personnes sur dix aiment le chocolat, la dixième ment” John G. Tullius

Nous en avons déjà consommé tous au moins une fois, et le constat reste le même : on l’aime bien ce fameux chocolat. Il est initialement originaire d’Amérique Centrale, puis est importé en Occident par les Espagnols vers le XVe siècle.

En Afrique, les principaux producteurs sont le Ghana et la Côte d’Ivoire. Il s’agit également des deux grands producteurs sur le plan mondial.

Le constat qui est fait est que malgré des exportations considérables, la consommation locale de chocolat dans ces pays et en Afrique en général est très faible. En 2019, on estimait à 0,5 kg la consommation annuelle de chocolat par habitant, contre des valeurs entre 4 à 12 kg dans les pays occidentaux.

Cet aliment lorsqu’il est consommé en quantité adéquate et dans une alimentation équilibrée, s’avère être un véritable « ​Or Noir ​ ».

LE CHOCOLAT : DE QUOI EST-IL COMPOSÉ ?

Le chocolat est issu de la transformation des fèves de cacao. Elles sont récoltées des cabosses de cacao, puis subissent différentes étapes qui permettent d’obtenir la masse de cacao (composant du chocolat noir et du chocolat au lait).

La masse de cacao est une pâte fluide composée de cacao et de beurre de cacao. Plus la teneur en cacao est élevée, plus le chocolat est riche en fibres, en graisses et en minéraux.

Inversement, moins il y a de cacao moins il y a de fibre, de gras, et de minéraux.

Les graisses qu’on y retrouve sont principalement d’origines végétales (pour le chocolat noir principal), et ont un effet cardio-protecteur. Autrement dit, elles limitent l’apparition des maladies cardiovasculaires.

L’autre paramètre à prendre également en compte est la quantité de sucre. Le chocolat noir à 70% de cacao minimum contient moins de sucre (environ 27 g pour 100 g de chocolat*) mais plus de graisses (41 g pour 100 g*) ; par rapport au chocolat blanc par exemple, qui contient plus de sucres (56 g pour 100 g*) et moins de graisses (34 g pour 100 g*). L’apport en énergie reste sensiblement constant.

LE CHOCOLAT ET SES BIENFAITS :

  • Mon désir de chocolat a rarement diminué ; même en période de grand péril » Marcel Desaulnier.

Durant des années, on lui a attribué des bienfaits magiques et aphrodisiaques. Ce n’est pas le chocolat en lui-même qui a une incidence sur la santé, mais plutôt les substances actives et l’ensemble des minéraux qu’il contient. On y retrouve :

  • Des flavonoïdes qui ont un effet anti-inflammatoire et antioxydant. Selon des études menées, elles auraient également une action sur le système cardiovasculaire et la pression artérielle.
  • Du magnésium, minéral connu pour ses propriétés myorelaxantes
  • Des fibres solubles (dans le chocolat noir principalement) qui peuvent aider à réguler le transit intestinal
  • De la sérotonine : neuromédiateur impliqué dans la régulation des troubles de l’humeur
  • De la théobromine qui a un effet légèrement excitant. C’est d’ailleurs grâce à ce composant qu’on attribue au chocolat des propriétés sur la fonction sexuelle. Cependant, cet effet excitant est négligeable pour les quantités recommandées.

En résumé : ​​ Devrait-on donc se priver d’amour ou de chocolat ?

D’aucun des deux tant que ni l’un ni l’autre ne nous rend malades !

Le chocolat est considéré comme un produit sucré, mais qui a toute sa place dans le cadre d’un régime alimentaire varié et équilibré. L’aspect hédoniste qu’il procure est important à l’équilibre alimentaire.

Ce qu’il faut retenir c’est que consommer du chocolat blanc ou au lait n’est pas égal à consommer du chocolat noir. La quantité et la qualité des ingrédients qui sont ajoutées aux différentes recettes de chocolats (chocolat blanc, à la vanille, aux noisettes, au lait etc..) ont un incident direct sur les valeurs nutritionnelles du chocolat. Plus il y a de cacao et plus le chocolat est richement minéralisé, gras et contient des fibres. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est conseillé de choisir un chocolat à forte teneur en cacao car ainsi, le consommateur bénéficie de ses propriétés nutritives. Autrement dit, plus il est noir et mieux c’est. Attention à ne pas confondre pâte à tartiner et chocolat qui sont deux produits alimentaires différents.

Aussi sa teneur en sucre et en gras fait qu’il doit être consommé avec modération (quelques carrés de temps en temps). Il peut être pris avant ou après le sport, en dessert inclus dans une recette (gâteau, crêpes, porridge au petit déjeuner par exemple etc). Cette consommation doit s’effectuer de manière régulée et s’accompagner d’une alimentation variée, diversifiée et d’une activité physique (marche, course à pied, ménage).

« Aimez le chocolat à fond, sans complexe ni fausse honte, car rappelez-vous : sans un grain de folie, il n’est point d’homme raisonnable ». La Rochefoucauld

Recettes Bonus : Crêpes au chocolat sans sucre ajouté

Ingrédients :

120-150 g ​de farine de blé

20-25 g ​de beurre ou d’huile végétale

Une ​pincée​ de sel

2​ œufs

200- 250 ml ​de lait

70g ​de chocolat noir GOUNOU à 85% de cacao

1 cc ​de rhum (facultatif)

Etape 1 : Préparation de la pâte à crêpe

  • Dans un saladier mélanger dans l’ordre la farine, la pincée de sel
  • Dans un bol mélanger le lait et les 2 œufs.
  • Incorporer le mélange(lait+oeuf) petit à petit dans le saladier pour éviter la formation de grumeaux.
  • Ajouter la matière grasse (huile ou beurre fondu) + la cuillère à café de rhum

Etape 2 : Cuire les crêpes

  • Faire chauffer la poêle à feu doux et la beurrer
  • Faire sauter les crêpes 1-2 min environ de chaque côté
  • Les disposer dans une assiette et les maintenir au chaud

Etape 3 : Garnir les crêpes

  • Faire fondre le chocolat dans un bain marie à feu doux ou au microonde pendant 20 secondes
  • Garnir les crêpes de chocolat fondu

BONNE DÉGUSTATION !!!

Ecrit par Audray AKAKPO, Nutritionniste et Chargée de Projet en Nutrition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
34 ⁄ 17 =